Emmabuntüs entre à l’université de PARIS DESCARTES

C’est dans le cadre d’un cours intitulé « Outils informatiques » qu’a eu lieu mercredi 6 décembre cette présentation d’Emmabuntüs par Hervé, membre du collectif. Ce cours dirigé par Antoine Caumel s’adresse aux étudiants en Master 1 du Master « Sociétés contemporaines : enjeux éthiques, politiques, sociaux » de l’université Paris Descartes. Une vingtaine d’étudiants sont inscrits à ce cours qui est plus un atelier qu’un séminaire théorique. En tout 12 séances sont prévues pendant leur premier semestre (le cours se termine avec les vacances de Noël). 

Le Master « Sociétés contemporaines » est un master « recherche » (par opposition à « professionnalisant »), qui vise à former des chercheurs et par conséquent il est très centré sur la production d’un mémoire de recherche par chaque étudiant (50% de la note finale totale). Les premières séances sont centrées sur la recherche bibliographique, outils et méthodes, pour que les étudiants aient les « billes » pour arriver à réaliser au terme du semestre l’ « état de l’art » dans leurs domaines de recherche.

Alexis Marise Bique, présidente de la « Société d’histoire 94120 Saint Georges & Dalayrac » a pour sa part mis en place et présentés en cours les outils collaboratifs en ligne permettant aux étudiants de travailler notamment sur le passage du droit d’auteur aux licences libres.

Car c’est un aspect primordial à donner à ce cours : les enjeux contemporains et notamment ceux liés au « libre » et à la propriété intellectuelle. C’est donc dans ce cadre qu’un exemple de distribution GNU/Linux à été présenté, puis un autre exemple de projet libre : « Jerry Do It Together«  le célèbre ordinateur dans un bidon en plastique assemblé avec du matériel de récupération lors d’ateliers collaboratifs.

Nul doute que nous avons ainsi pu montrer la voie à ceux des étudiants qui pourraient être intéressés à « soulever le capot » de leurs ordinateurs, à ne pas rester dans une attitude passive face à cet outil qui se présente souvent comme une « boîte noire ».

Comments are closed.